postérieurs de cheval bandé
EXPLICATIONS SUR LES SOINS

L’arthrose chez le cheval, le massage peut-il aider?

L’arthrose est une érosion irréversible du cartilage articulaire, qui perd alors son amortissement et peut causer de fortes douleurs au cheval. L’arthrose ne guérit pas : on en peut que prendre toutes les précautions nécessaires pour qu’elle ne survienne pas, ou ralentir son évolution et les douleurs qu’elle occasionne si elle se présente malgré tout.

Si la gestion de cette affection est souvent globale et multifactorielle (revue de l’alimentation, du repos, du travail, des soins…), elle peut améliorer de manière très notable le quotidien et l’attitude d’un cheval (et ainsi encourager à continuer les efforts fournis).

Pourquoi lui et pas un autre ?

Un ensemble de facteurs prédisposent le cheval à l’arthrose, c’est souvent lorsqu’ils sont cumulés que l’on commence à observer des symptômes.

Tout d’abord en ce qui concerne le cheval lui-même ou son entretien :

  • mauvais aplombs,
  • mauvais entretien du pied,
  • croissance,
  • vieillesse, ….

Mais aussi en ce qui concerne le travail qu’il doit effectuer ou l’environnement dans lequel il évolue :

  • traumatismes (et apparition de compensations qui à terme fragilisent ses articulations),
  • sur-sollicitation et fatigue extrême (quand l’effort demandé est supérieur à ce que son corps peut fournir, à plus forte raison quand l’animal est jeune),
  • contexte de travail inadapté (terrain trop dur, usage abusif de courbes serrées, …).

Et enfin de rares cas :

  • infections articulaires,
  • irritations à la suite d’infiltrations.

Si on ne peut pas modifier la conformation du cheval ou éviter les accidents, certaines précautions peuvent être prises notamment dans le cadre de son travail ou de son environnement.

 

En cas d’arthrose avérée 

Lorsque l’arthrose est bien présente (ou fortement suspectée), il est préférable d’éviter autant que possible les situations aggravantes telles que :

  • l’humidité et le froid,
  • le repos trop prolongé et l’immobilité,
  • la fatigue excessive et l’effort intense.

Pour au contraire privilégier :

  • la chaleur ou l’application de produits chauffants,
  • les massages doux,
  • les mouvements lents,
  • la possibilité de changer de position régulièrement et de marcher.

On procédera par ailleurs à un contrôle strict du poids du cheval pour que celui-ci ne pèse pas trop sur ses articulations.

En addition, plusieurs soins existent, plus ou moins invasifs et efficaces, dans l’objectif de diminuer les symptômes et de stopper l’évolution de la dégradation du cartilage :

  • Une approche naturelle à base d’application d’argiles, d’algues, d’huiles essentielles,
  • L’utilisation de compléments alimentaires (par exemple l’harpagophytum),
  • Un suivi par des approches dites alternatives pour soulager les compensations dues à la maladie,
  • Un traitement médical à base d’anti-inflammatoires non stéroïdiens ou de corticoïdes,
  • Un traitement chirurgical tel que l’arthroscopie ou l’arthrodèse.

En première intention, rapprochez-vous toujours de votre vétérinaire.

Les massages et les enveloppements sont des aides considérables dans la gestion des inévitables douleurs du cheval atteint par l’arthrose : ils permettent tous deux de diminuer les douleurs et de conserver la mobilité restante (et éviter la « surenchère » dans la dégradation des articulations).


Sources:

Crédit photo : pixabay