cheval en parc qui regarde le photographe
Psychologie

Les besoins fondamentaux des chevaux

A l’état naturel, le cheval mange en se déplaçant, dans un environnement propice à l’exercice et stimulant. Le cheval est par ailleurs un animal grégaire, qui a besoin de relations sociales avec des congénères appréciés. Des conditions de vie adéquates permettent au cheval d’exprimer ses comportements naturels, et d’atteindre son équilibre physique et psychologique : c’est le premier pas vers le bien-être du cheval et les chances d’une bonne relation.

En bref, voici les besoins fondamentaux des chevaux:

Alimentation

  • Pouvoir manger minimum 12 heures par jour,
  • Tête basse,
  • Une alimentation riche en fibres et pauvre en énergie,
  • Une alimentation diversifiée,
  • Avec de l’eau propre et fraiche disponible à volonté et en permanence.

Repos et confort

  • Pouvoir se reposer dans un lieu adapté : moelleux, propre, calme,
  • Où il se sentira en sécurité (notion qui sera développé dans un article dédié),
  • Pouvoir se mettre à l’abri du vent, de la chaleur, de la pluie et des insectes.

Comportements sociaux

  • Pouvoir créer des relations sociales avec ses congénères (pas seulement des interactions),
  • Vivre avec des congénères ne nuisant pas à l’accès des ressources ci-dessus si elles sont limitées.

Santé

  • Pouvoir bénéficier de soins adaptés en cas de blessure, douleur ou maladie,
  • Mais aussi de soins préventifs : vaccins, vermifuges, contrôle de son poids.

Peur et douleur

  • Ne pas souffrir de peur, douleur et de détresse, entre autres dans son éducation.

Si les conditions de vie domestiques du cheval ne lui permettent pas d’exprimer ses comportements innés, les limites de son adaptabilité peuvent être atteintes, et des troubles du comportement peuvent apparaître.

L’environnement idéal consiste donc en un grand pré en herbe, avec de l’eau, des abris et des zones de repos, dans lequel plusieurs chevaux qui s’entendent bien vivent ensemble.

Tout le monde n’ayant pas 10 hectares à sa disposition, l’enrichissement du milieu de vie peut être une solution palliative pour stimuler le cheval et lui permettre de mieux supporter la captivité (fourrage variés, grattoir fixés dans le box, diffusion de musique, mise à disposition de nouveaux objets, sorties quotidiennes en groupe, etc) .


Sources:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *