cheval qui attrape le licol d'un autre cheval au pré
Satisfaire ses besoins

Comment bien composer un groupe de chevaux ?

Nous avons vu dans cet article comment l’espace pouvait être aménagé pour limiter les agressions entre chevaux vivant en groupe. Une autre des améliorations possibles afin de minimiser l’agression, ou tout simplement favoriser une entente harmonieuse, est l’attention portée à la constitution du groupe.

Taille du groupe

La taille du groupe est un élément essentiel : s’il ne vaut pas mieux dépasser 20 individus, sous réserve bien entendu d’un espace suffisant, l’idéal semble se trouver dans un groupe de 4 à 6 individus. Attention, il est plus judicieux de créer des groupes pairs, afin de ne pas favoriser l’isolement d’un individu.

Stabilité du groupe

La stabilité du groupe et de sa hiérarchie est également essentielle. De fait l’introduction ou le retrait de ses membres doit être réalisé progressivement, et de façon exceptionnelle, car le groupe va devoir se réorganiser à chaque fois, même si les chevaux se connaissaient déjà par le passé…

Pour la mise en groupe de 2 chevaux, l’idéal est de les mettre côte à côté en box ou paddock selon leur mode de vie, avec une possibilité de contacts physiques, avant de les lâcher tous les deux ensembles (sous surveillance discrète !).

Pour l’introduction d’un nouveau cheval dans un groupe déjà formé, l’idéal est de le mettre avec un seul des chevaux du groupe (le plus amical), pendant une semaine, puis de les introduire ensemble dans le groupe. Il est possible aussi d’en rajouter une troisième puis un quatrième (en même temps ou chacun à tour de rôle), si l’intégration parait compliquée.

L’importance du bon temps passé ensemble

Les chevaux doivent pouvoir avoir des relations sociales avec leurs congénères, et pas seulement des interactions : ce sont leurs activités communes, comme le toilettage mutuel, ou le jeu, qui renforcent les liens et la cohésion du groupe, et qui se créent donc au fil du temps (patience !).

 

Une bonne sélection des individus

Le dernier point est de favoriser les relations d’amitié entre les chevaux. Les observer permet de déterminer leurs préférences sociales. Il est cependant possible de créer un contexte favorable à la création de ces relations d’amitié :

  • Créer des groupes variés en âge, en essayant d’avoir au moins deux individus par tranches d’âges, ayant probablement les mêmes envies.
  • Créer des groupes de chevaux aux tempéraments variés.
  • Les chevaux ont tendance à se rassembler selon la couleur de leur robe (celle de leur mère), et donc leur odeur. Il faudra en tenir compte, et si le groupe contient un cheval gris ou pie, il est préférable d’en mettre un deuxième.
  • Deux chevaux ayant joué ensemble jeunes conserveront des liens forts, il peut être judicieux de les garder ensemble adultes.
  • Il peut être préférable de créer des groupes unisexes (juments ou hongres), qui permettent de limiter les agressions et le comportement d’étalon chez les hongres. Concernant les groupes d’étalons, il faudra à tout prix éviter la présence de juments à proximité, un article leur sera dédié.

 

Chevaux asociaux ou exclus

Les chevaux doivent avoir appris dans leur jeunesse les comportements sociaux adéquats, si un individu n’en a pas eu la chance, il présentera un comportement social déviant (comme par exemple une agressivité exacerbée ou une peur de ses congénères) : il devra malheureusement être retiré du groupe.

Enfin, de même que les humains, certains chevaux peuvent ne pas s’entendre, ou un individu peut ne pas être accepté par le groupe, dans ce cas, rien ne sert de s’acharner trop longtemps, il faudra le retirer du groupe afin de préserver sa stabilité.


Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *