poulain qui dort
Satisfaire ses besoins

Repos, sommeil et vie en box

Le repos et le sommeil sont essentiels à l’organisme. Ils permettent la bonne réalisation de la neurogénèse (la fabrication de nouveaux neurones par le cerveau), la maturation cérébrale (développement du cerveau) et l’apprentissage. Le cheval a besoin de se coucher pour « se régénérer physiquement et psychologiquement » : s’il n’a pas la possibilité de se coucher autant qu’il en a besoin, il déclarera des problèmes de santé.

 

Position et durée du repos

Le repos du cheval se produit en station debout, couché en vache (= décubitus sternal) ou allongé de tout son long (=décubitus latéral).

Le cheval adulte passe en moyenne 7 à 9 heures par jour à se reposer. Les phases de repos couché ne dépassent pas 20 minutes, et sont étalées sur la journée et surtout la nuit pour totaliser environ 3 heures par jour.

Les phases de sommeil profond ont lieu dans toutes les positions (même debout), en revanche les phases de sommeil paradoxal (lorsqu’ils rêvent) ne se produisent qu’en station couchée.

 

Mode de vie et repos

Pour qu’un cheval puisse se coucher, et a fortiori dormir, il a besoin de se sentir bien et en sécurité dans un endroit familier. La vie en box peut affecter le repos du cheval de différentes manières, notamment le repos couché :

        Vision de loin, la détection des odeurs et le bruit

Dans la nature, pour se coucher, les chevaux choisissent des espaces dégagés leur permettant de voir de loin les potentiels dangers mais aussi de détecter les odeurs. Les chevaux peuvent présenter des difficultés à se coucher dans un box dont les parois sont le plus souvent pleines, et ne permettent pas une visibilité nécessaire à un sentiment de sécurité.

De plus, on peut aisément imaginer que les éventuelles vapeurs d’ammoniaque dans un box peuvent nuire au bien-être du cheval et à son endormissement, tout comme les bruits d’une écurie et ses allées-venues.

        Confort

Pour se coucher, le cheval a besoin de confort, soit a minima une litière propre, moelleuse et surtout sèche. Les boxes ne sont pas toujours paillés (certains sont remplis de papiers déchiquetés par exemple), ou pas suffisamment (une épaisseur de 12-15cm minimum est nécessaire pour leur confort), ce qui peut empêcher le cheval de se coucher.

        Stress chronique

La vie au box est malheureusement souvent synonyme du non-respect des besoins comportementaux des chevaux (alimentation, contacts sociaux, activité, etc). D’une part le manque d’activité peut générer de l’excitation et moins de temps de repos couché, d’autre part le boxe peut générer du stress. Or, le stress chronique diminue le temps de sommeil.

 

Ces éléments peuvent avoir pour conséquence l’épuisement du cheval : il finira par s’endormir profondément debout et risquera de tomber à genou ou à terre (à ne pas confondre avec la narcolepsie-cataplexie qui est un syndrome – rare – de dérégulation des cycles de vigilance).

 

Attention quand même : la vie en extérieur n’est pas forcément synonyme de repos idéal, surtout dans un petit espace, où les aires doivent parfois être aménagées afin de préserver la tranquillité de chacun.

 


Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *