thermorégulation et chaleur
Prendre soin de sa santé

Thermorégulation et chaleur

L’été arrive…et avec lui la chaleur, source au mieux de désagréments au pire de grave soucis de santé pour les animaux, incluant les chevaux. Après avoir vu la thermorégulation dans le cadre de la résistance au froid, qu’en est-il de la résistance à la chaleur pour les chevaux (à laquelle nous sommes davantage confrontés dans le sud !) ? Comment les aider au mieux avant et pendant les périodes de chaleur?

Pour réguler sa température lorsque les températures augmentent, le cheval dispose des moyens suivants :

  • La transpiration,
  • La dilatation des vaisseaux sanguins sous la peau,
  • La respiration.

Afin d’aider le cheval à mieux traverser les épisodes de chaleur, différentes mesures peuvent être appliquées.

Avant l’exposition

  • Lorsque c’est possible, permettre au cheval de s’acclimater à la chaleur en l’y exposant progressivement sur 3 semaines.
  • Tondre les chevaux qui ont un poil long et/ou épais.

Le protéger du soleil

  • S’assurer que le cheval dispose d’un abri ombragé et ventilé sous lequel il peut se réfugier, notamment pour se protéger des mouches qui sont généralement un corolaire de la chaleur (pour celles-ci l’usage d’un répulsif peut être envisagé).
  • Adapter les sorties du cheval, par exemple en privilégiant les sorties nocturnes. Attention cependant à la vie en box : sa température peut y être encore plus élevée qu’à l’extérieur s’il n’est pas correctement ventilé.
  • Se prémunir du risque de dermatose solaire en protégeant son cheval du soleil avec une couverture anti-uv et de la crème solaire (notamment pour les chevaux à la peau rose).
  • Privilégier un stationnement à l’ombre dans l’herbe plutôt que sur un sol clair qui réfléchit la lumière.

L’hydrater

  • Se prémunir des risques de déshydratation en s’assurant que son cheval a de l’eau propre et fraiche, mais non glacée, à disposition en permanence (des algues peuvent se développer dans l’eau chaude, que le cheval peut refuser de boire).
  • Mettre à disposition une pierre à sel ou du sel dans la ration pour stimuler l’abreuvement du cheval, ou compenser ses carences en éléments minéraux en cas de transpiration excessive.

Le rafraichir

  • Rafraichir son cheval en le brumisant avec un jet d’arrosage ou le doucher, avec utilisation d’un couteau de chaleur, entièrement ou uniquement sur les zones de chaleur : membres, poitrails, entre les jambes, tête et nuque.
  • Donner des aliments rafraichissants (mashes, fruits, légumes).

Travail et transport

  • Aux périodes le plus chaudes de la journée, le travail est à éviter : la température corporelle du cheval augmente dangereusement au bout de 17 minutes d’entrainement modéré.
  • Il en va de même pour le transport, qui doit être évité ou réalisé de nuit, en s’assurant que le véhicule est bien ventilé et que des chevaux sont abreuvés régulièrement.

Attention aux coups de chaleur

Un des risques lors des épisodes caniculaires est le coup de chaleur du cheval : s’il ne parvient pas à réguler sa température corporelle, auquel cas, sa température qui est aux alentours de 37.5/38.5°C peut dépasser 41°C, le sang n’est n’alimente plus suffisamment ses organes internes dont le fonctionnement est altéré. Le coup de chaleur est une urgence vitale, favorisée par une température extérieure élevée, un air humide et une aération insuffisante.

Une température élevée, une augmentation de la fréquence respiratoire, une perte d’appétit, de soif, et une léthargie doivent alerter le propriétaire immédiatement.

Il est à noter que les chevaux sujets à l’embonpoint et ceux à la robe foncée y sont prédisposés.


Sources :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *